Un nouvel acteur de l’assurance-construction sous le feu des critiques

Sur la période 2017-2018, les défaillances de plusieurs sociétés de courtage et d’assurance actives dans le secteur de la construction, dont SFS, avaient déclenché une véritable tempête dans le secteur. Des dizaines de milliers de contrats, concernant des professionnels comme des particuliers, n’étaient plus couverts. Risque-t-on d’être confrontés, dans les mois à venir, à un nouveau remous de cette crise ? C’est la conviction de la Fédération française des assurances (FFA). L’organisme vient en effet, début septembre, d’envoyer un courrier alarmiste à l’Autorité de contrôle prudentiel et de régulation (ACPR), gendarme du secteur. La FFA cible cette fois-ci le courtier Leader insurance, qui, selon elle, adopte une stratégie de développement comparable à celle de SFS : à savoir « un schéma de type pyramidal avec une politique commerciale et marketing agressive, en utilisant les primes payées pendant l’année pour faire face aux sinistres des années précédentes ». Le fait que l’assurance-construction concerne des risques longs, liés à la décennale, rend l’application de cette méthode impossible à tenir sur la durée. D’où un possible effondrement de l’ensemble. Leader insurance, contacté par Batiactu sans succès pour l’instant, a réagi à ce courrier dans les colonnes des Échos, ce 20 septembre 2021. Yoann Chéry, son fondateur, assure que la société est gérée « en bon père de famille », et dénonce des manœuvres « scandaleuses », relevant de la diffamation. Il rappelle que Mic insurance company, l’assureur principal sur lequel s’appuie Leader insurance, a reçu son agrément début 2021 pour exercer en France (le Brexit l’ayant incité à quitter Gibraltar). « Mic dispose d’une gestion de sinistres et de provisionnement en parfaite conformité avec la réglementation et d’une rigueur et une stabilité très appréciées par les courtiers », ajoute Yoann Chéry.